Kahloisme

Salut!

Vous aimez Frida Kahlo? Moi aussi, et GROSSE CHANCE, elle est en méga-vogue actuellement, ce qui fait qu’on peut trouver énormément de documentation et goodies sur elle! Enjoy.

Des BD!

Je n’ai lu aucune de celles-ci, juste feuilleté celle de Flore Balthazar et ‘Le perroquet de Frida Kahlo’ (qui a l’air d’être aussi amusante qu’elle ne parle pas de FK, en revanche!). Vous pouvez m’offrir n’importe laquelle:

1 2

3 4

Des bio à prix modique et l’indispensable journal de la peintresse mexicaine (tous à la maison) :

41JXQAJGZYL._SX284_BO1,204,203,200_ 41QCD4YF07L._SX292_BO1,204,203,200_ 41tvwBAssLL._SX307_BO1,204,203,200_ 41ZvJRKeLmL._SX296_BO1,204,203,200_ 51m3VbkkbGL._SX345_BO1,204,203,200_ 512RMV1R62L._SX317_BO1,204,203,200_

Du tattoo!!!

Beaucoup de tatoueurs s’inspirent du personnage de Madame Kahlo, mais j’ai choisi de vous présenter uniquement les pièces de Nicoz Balboa sur le sujet. Ain’t she nice?

561836_10151654027274845_2007310813_n 578432_10151894014034845_448997849_n 999378_10151844914469845_1135466502_n 1461083_10152090059459845_1182210766_n 1461217_10152059881209845_535173829_n 1959499_10152337153834845_2050270758_n 10006611_10152355418769845_971132675_n 10294318_10152726306899845_909097236754568520_n 10300664_10152913528629845_3872587752997329295_n 10645284_10152718712949845_4324577190368529076_n

Du shopping tout sauf inutile, directement à l’effigie de l’artiste : des autels 4 étoiles, de la piñata , des socks, des marionnettes, du bigo, du coussin, et même de petits bijoux exquis :

1407890861-560 5165611659_6aee2704e5

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

fea

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

fridge-magnets-great-artists-finger-puppets (1) il_340x270.576406889_glef il_340x270.738666842_cml7 il_570xN.505045999_l83r il_570xN.601135981_7xkb il_570xN.736866389_2rrz

Si vous souhaitez les références, contactez-moi, car je ne suis pas là pour faire de la pub à ciel ouvert non plus.

Ah, et on n’oublie pas la gamme de superbes produits dérivés de Benjamin Lacombe-de-l’Ecole-Française :

x

Ni tous les petits objets mexicains, de la vaisselle à la blouse, qui vous feront vous sentir une vraie Frida dans l’âme. Je vous ai dit que ma mère s’est mariée dans une robe mexicaine? Eh bien ma mère s’est mariée dans une robe mexicaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

boucles-d-oreilles-de-style-mexicain-kankun DIY-fleurs-pompons-frida-kahlo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

il_570xN.757658609_byhc textiles-et-tapis-housse-de-coussin-frida-kahlo-amor-13223173-img-8955-1-95d95d9a-9c78b_big Vierge-Guadalupe-32cm4-465x700

C’est bien beau tout ça, mais et l’art de Frida, on peut en voir un peu? OUI. Vous pouvez soit vous rendre sur Google Images, soit aller voir une expo. Cherchez bien, autour de chez vous, en vacances, il y a TOUJOURS un événement en rapport avec. Par exemple, j’ai totalement loupé l’expo à l’Orangerie, mais ce n’est pas grave, puisque j’avais eu la chance, à Istanbul, de voir « Frida Kahlo & Diego Rivera from the Gelman Collection » au Pera Museum. Et il me reste un peu de temps à vivre, ainsi qu’à vous, probablement.

be-reserved-photos-blog-frida-affiche-img

Mais si je peux vous conseiller un truc magique, c’est d’aller voir une représentation théâtrale. Comme donc, j’ai été absolument occupée visiblement durant les 3 mois durant lesquels ‘Attention peinture fraîche‘ a joué au théâtre Déjazet, je ne peux pas vous la conseiller (d’autant que c’est trop tard). Mais il se trouve que j’ai été invitée par ma maman à voir Frida, il y a genre 4-5 ans, et que j’ai trouvé l’interprétation (en sus de l’histoire de FK, évidemment), alternant jeu et danse, absolument somptueuse. Bande de veinards, ça joue toujours. Checkez cette vidéo :

HASTA LUEGO!

PS : J’ai bien conscience que certaines images sont sous-titrées de l’indispensable mention Olympus Digital Camera, mais cela fait partie des mystères irrésolubles de la Vie.

blondie

Publicités

LE GRAND CONTEST DE NOEL! (jusqu’au 23 décembre à minuit)

Attention cadeaux!

giftsBande de petits veinards, KillMossStars envoie son grand concours de fin d’année! Tout simple : vous répondez aux questions, et vous recevez un des lots qui défoncent, livrés chez vous, si vous faites partie des 3 heureux tirés au sort (d’une main tout à fait virginale). J’ai vraiment envie de garder le contenu secret, mais je peux vous dire qu’il y aura pour chacun des winners : des tish, des bouquins, des disques, des badgeos, des stickers inconnus au bataillon… bref, de quoi rendre jaloux tous vos amis dès début 2015, mais surtout vous rendre heureux, vous, et c’est ça qui m’importe, bien entendu, ainsi que mes partners préférés, j’ai nommé Kicking Records, Flowers & Bones, et Akoufen! partenaires Pour participer, c’est simple, vous envoyez vos trois réponses à killmossstars@hotmail.com, en indiquant bien entendu votre petit nom, votre grand prénom, adresse détaillée (si vous avez comme moi un facteur qui doit mener l’enquête pour trouver la bonne porte), et votre courriel, comme on dit chez Télérama. Et le tout avant le 23 décembre à minuit, la Swatch de la Poste faisant foi, SVP. Le tirage au sort aura lieu le 24 dans l’après-midi. Et surtout, partagez au maximum! Villanimation.com-tirage-au-sort QUESTION 1 (aka Question Bibli) : Liez la bibliothèque concernée à sa ville (ex : A3, B1…) Indice1   Indice2   Indice3 bib QUESTION 2 (aka Question Tattoo) : Liez le tatoueur à sa création

A – Nicoz Balboa   B – Jimi Jugio   C- Twix (Fatline)

tatoueurs QUESTION 3 (aka ‘As-tu bien lu mes interviews? (saison 1)’) : Liez chaque invité à un sujet qu’il a évoqué A- Guillaume Gwardeath                B- Carolyne Missdigriz                      C- Laur Veglam D- Delphine Tournier                      E- Billy the Kill                                   F – Chris/Sandrine Hamilton 1 – Tadoussac                                2- Johnny Thunders                                    3-Blitzr 4 – Rock’n Roll Agreement                  5 – Hunter S. Thompson                            6 – Napoleon Solo Ready? Go!!! sharingiscaring

Tattoo : All the things she said

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne sera ici nullement question de pop chantées par deux soeurs russes lesbiennes, sorry guys, mais bien de tatouages. Mes préférés.

Pour répondre une bonne fois pour toutes, OUI, il me reste encore beaucoup de place vierge sur le corps (environ 90% quand même, j’ai un grand corps).

Et NON, je ne crains pas le regard des « autres » quand je serai vieille, car j’aurai la même peau dégueulasse et fripée que ceux-ci, excepté qu’il y aura des motifs dessus. Comme je remarque que même les futurs chirurgiens, financiers et avocats (futurs-futurs réparateurs barbus de motos vintage, probablement) s’ornent de magnifiques triangolinos et autres témoignages de leurs divers passages dans les prisons russes, je pense qu’il y aura finalement une proportion assez équitable d’ « autres » et de tatoués.

C’est également toujours NON pour se faire tripoter par des inconnus dans le bus. Et NON pour entendre leurs critiques à 110dB, car si j’assume mon image, je ne pense pas pour autant hurler dans un mégaphone ce que je pense des pull-overs Celio ou des nez en trompette. (Si j’avais cru me constituer une petite armure d’antisociale, c’est raté puisque les passants s’arrogent une certaine familiarité qui m’importune un peu.)

Et Madame la laborantine qui effectue les prises de sang, NON, mes veines ne sont pas nécrosées, n’étant pas une junkie. Si tel était le cas, je n’aurais certainement plus qu’à prendre un compas pour assouvir ma soif d’art cutané, car il est assez difficile financièrement d’allier les deux passions que sont le tatouage et l’injection d’héroïne.

Je ne suis pas mieux ni moins bien dans mon corps, globalement plus à l’aise dans ma paire de skis qu’à 25 ans, mais je pense que c’est dû à la maturité et au fait d’être plutôt une personne satisfaite de sa vie, de sa ville, de son job et des gens qui l’entourent.

C’est tout ce que j’ai comme truismes à énoncer, on peut d’ailleurs en lire un peu partout dans le genre s’il l’on s’intéresse un tant soit peu à l’affaire. On n’est pas là pour Paul & Mickey, être pro ou anti.

Je ne vais pas vous montrer mon premier tattoo (女= nǚ=femme, symbole repris par les Portobello Bones, un peu foiré par un dénommé Tewfik : délation-style), ni mon deuxième (une très originale étoile léopard rose : big-up Patoche), ou encore la suite du scandale dermique (des minis étoiles-skull tout à fait kawaï, qui ont permis à Ben de faire ses armes; pour sa défense le croquis apporté était lui-même dégueulasse).

Après quelques errements malheureux donc et à 30 ans, j’ai fini par laisser ma peau aux pro, et je remercie très fort Twix  pour avoir rattrapé tout ça en me secouant les plumes du haut de sa prime post-adolescence, et pour m’avoir gravé deux manchettes japz à sa sauce en tenant compte de l’existant. Il m’a certes délesté de mon compte-épargne, mais m’a vraiment fait passer d’agréables moments à base de critique acerbe du rocker toulousain. Après ça, la vraie vie pouvait commencer.

Avec mon mec à moi, nous avons retrouvé l’homme-chocolat afin qu’il encre nos initiales : here is my first favourite one, simple mais efficace. C’est Twix qui l’a dessiné, d’après une photo que j’avais repérée dans un book de tatouages, où deux frères avaient représenté des mains qui se serrent, avec l’inscription « Blood Brothers », ce qui est un sympathique jeu de mot qui donne un peu envie de danser.

733917_10151521848171037_164259654_n

Quitter Toulouse impliquait se séparer de Twix, mais de toutes manières le jeune a également déserté la belle rose pour ouvrir son propre shop à Bordeaux. Pas de tristesse donc à l’idée de déménager.

Juste en arrivant à Paris il y a un an, j’ai eu l’occasion de choper un rendez-vous avec l’illustratrice et tatoueuse Nicoz Balboa, alors en guest au Mystery Tattoo Club, qui m’a piqué un chouette portrait de Frida Kahlo sur la cuisse. C’est un peu sa spécialité, et c’était aussi devenu une de mes marottes après avoir vu une rétrospective Diego-Frida à Istanbul où j’étais allée visiter ma sista.

Suite à ça, à la rentrée dernière, j’ai demandé à Jimi, fraîchement débarqué de Brighton et installé à la Maison des Tanneurs de me concocter une jolie sirène blonde, presque aussi mignonne que moi (…), puis de réaliser un petit hommage à ma grand-mère Simone, à base de flamand rose, elle à qui il arrivait de confondre ces oiseaux sur échasses avec des « petites biches roses buvant l’eau du lac ». Le voilà, I’m lovin’ it. (tadada dada !)

1469800_10152061454956037_345348874_n

Il m’a fait aussi des petits bidules flash qui remplissent sympathiquement bien que pas très diplomatiquement mon bras gauche (notamment un mini-gun qui agresse quelque peu les gens qui s’approchent trop près de mon poignet).

Puis, je lui ai commandé un portrait de femme dont le marin de mari s’en part au loin, qui me convient assez bien en tant que petite-amie-d’homme-qui-voyage-pour-son-travail-de-musicien, pour orner mon mollet. Comme tout ce que je demande à Jimi, le résultat n’a strictly rien à voir avec l’idée de départ, mais le type étant aussi artiste-peintre (et musicien), il faut savoir se taire (je vous vois sourire au bout de la fibre optique). Là il n’était pas tout à fait finalisé, il manque du rouge sang, mais vous voyez l’idée :

10277270_10152407484016037_3786532090452235288_n

J’ai d’autres petits projets d’ornementation, que je garde secrets pour plus tard, car présentement je ne suis pas du tout dans le mood de repasser sous les aiguilles. Je préfère en parler.

D’ici peu, vous pourrez lire sur ce blog des interview de gens qui ont un certain nombre de choses à raconter, dont leurs petites histoires de tattoo. Ça risque d’être assez cool de gratter un peu sous leur peau.