Long time no see

Salut la compagnie aérienne ! Ça faisait longtemps, hein.

J’avoue que je me pose parfois la question de l’utilité d’entretenir un blog, comme si j’avais déjà tout livré. En même temps, il est peu probable qu’à 36 ans on ait déjà tout dit, tout vécu, tout lu, tout bu.

Lorsque je me connecte totalement fortuitement sur WordPress, je m’aperçois avec étonnement (et ravissement, bien sûr), que j’ai encore pas mal de visites quotidiennes en provenance de all over the world. Le truc culpabilisant quand tu n’as rien publié depuis des jours et des jours et des années même (Pour que le Hip Hop tienne).

Je suis en réalité un peu fatiguée par la masse d’informations, d’avis, de débats, dans laquelle on se noie dès l’heure du thé à 8 dum’s, et ce jusqu’au moment où on s’apprête à dire adios à la journée, hop, un dernier check du portable, JUSTE POUR VÉRIFIER (et pas si le réveil est bien enclenché).

digital-detox_3076441b

Des notifications tout à fait dispensables pendant tes heures de job (hautement déconcentrantes), ou de loisirs : Facebook, l’anniversaire de Ludivine, Patrick Cohen est en direct, Punky t’a invité à un concert de crust dans le Larzac ; Jean-Luc  attend une réponse urgente sur WhatsApp ; quatre SMS qui ne t’ont pas passionnés sont encore en suspens ; tu as 615 pubs non lues sur ton mail ; Marcelin a aimé une vidéo Youtube ; Uber t’offre une prochaine course ; la tronche de Suzy sur Messenger que tu n’arrives pas à supprimer de ton écran ; la SNCF qui te rappelle qu’il faudrait peut-être bien penser à réserver ton ticket de train de Noël ; Télérama t’informe de ce qu’il serait bon que tu regardes ce soir à la télé ; Bobby a aimé ton épingle Pinterest ; Anatole a regardé ton profil LinkedIn ; tu as encore un panier Amazon à valider ; as-tu pensé à noter ton hôtel réservé via Booking ; tu possèdes plein de points H&M, il serait temps de les utiliser sinon ils seront perdus à tout jamais, etc etc.

Nous faisons tous le même constat, tout en continuant à nous demander si tel forfait ne serait pas plus avantageux quand on va se ressourcer à la montagne sans WIFI, ou si tel téléphone pour lequel on s’endette pendant deux ans fera de plus belles photos qu’avec le précédent. Tout ça pour y coller des filtres années 80.

applications_mobile

Bon, et il y a les élections. Une campagne aussi éprouvante pour moi que pour Penny et Benny, j’ai l’impression.

Ma conscience, le vote utile ou de conviction, l’abstention, les gros dégueulasses, l’idiocratie, le racisme-le sexisme-l’homophobie, la misère vs. le luxe, les analystes politiques, les sondages, les éditorialistes, les débats, les démagos, Mitterrand, « 5 ans c’est long », l’espoir, la guerre civile avec ton voisin, le tribunal populaire, toussa toussa.

Tout se mélange. La politique, c’est supposé se vivre au quotidien depuis l’âge où tu acquières un sens moral, et ça fatigue d’entendre les croquants donner leur avis à longueur de journée dès qu’ « on » entre en campagne. Surtout s’ils ne partagent pas tes idées sociétales, avouons-le.

elections

Et puis le travail. Tu décides de passer un concours pour bosser en bibliothèque, c’est censé t’apporter joie, bonheur, confort, tandis que tu te rends utile à la société. En réalité, entre les institutions publiques qui sont managées comme des entreprises du CAC40 (ça ressemble à CACAO) en terme de gestion RH, et certains agents qui font apparemment tout pour qu’on déteste les fonctionnaires (je ne vais pas établir le listing des petites irrégularités constatées au quotidien), tu pètes un boulax, parce que tu veux les défendre, oui, les fonctionnaires. Ils sont UN PEU UTILES en fait. Encore un truc qui rend schizo.

j-aime-service-public

Tired of all this shit !

Je m’aperçois que dans ces méandres, je suis devenue incapable de produire quoi que ce soit, that’s all confused, trop de paroles, moins de création, d’initiative. Quand vient le soir, les idées d’écriture me viennent en masse, j’ai le plan, l’argumentaire, les exemples, tout roule, et puis je me rends compte que tout cela est dicté par la fatigue, la rage, voire la haine.

Et je crois qu’on n’a pas tellement besoin de ça. Voilà pourquoi des gens de 28 ans finissent par porter un pyjama licorne en mangeant des cupcakes fluos. Voilà pourquoi je paie des like virtuels à ceux qui postent des photos de leurs délices et leurs sourires, parce que c’est peut-être « une vitrine du fake », mais moi, ça me fait du bien d’y croire 5 minutes. M’aigrir contre cette félicité réelle ou simulée ne fera pas tourner le monde plus rondement.

1803-atelier-cupcake-licorne

AVANT (c’était mieux), je savais un peu dessiner, un peu coudre-tricotiner-tisser-cuisiner (c’était bien, les années 50), tripoter un instrument, couper les cheveux, j’avais envie d’écrire (on peut s’inventer tout un tas de trucs du passé, c’est l’avantage, puisque ce temps est révolu).

BHG0853

C’EST POURQUOI j’ai décidé de partager avec vous cette magnifique affiche que j’ai réalisée avec des ciseaux, du scotch et une photocopieuse, comme en 1991, quand j’étais riot grrrl à Olympia. Aimez-la, riez-en, ça m’a sorti la tête du guidon 2 minutes, sachant que je sais à peine monter sur un vélo.

aff3

Bises.

Publicités