I’m a poor lonesome cowgirl / I want you in solitude

Qui ne s’est jamais senti en territoire inhabité, comme le figurait Alphonse de Lamartine (oui, le type avait un prénom, comme De Gaulle), dès lors que sa créature favorite s’est éclipsée?
A 3 ans, vos parents décident qu’il est temps pour vous d’avoir une vie sociale, et vous vous retrouvez à temps-plein à la maternelle, sans eux ou votre nourrice préférée, jusqu’ici vos seuls amis, tout au moins des compagnons certainement plus fiables que ce Patrick, qui décide instantanément de voler vos lunettes de soleil (impunément, je le précise).
A 6 ans, vous larmoyez le samedi midi quand vous devez quitter votre BFF Julie pendant exactement 44 heures et 30 minutes, jusqu’au lundi matin.
A 13, c’est Laure qu’il faudra abandonner, entre le dimanche soir et la reprise du turbin. Vous avez réussi à réduire le temps de viduité en dormant les uns chez les autres.
Puis vient le moment où tous ces êtres sont remplacés par une personne d’exception, celle qui fait vibrer votre coeur nuit et jour. On n’a pas dit que ce serait la même toute la vie, je préfère prévenir d’éventuels lecteurs de 17 ans.
BREF, mettons que vous ayez l’impression d’être engagé pour de bon, en tout cas en avez-vous l’envie. Mettons que cette personne soit amenée à partir régulièrement pendant plusieurs nuits d’affilée, pour des raisons diverses, par exemple, si elle est représentante de commerce, ou musicienne en tournée. Ah!

J’aime être seule mais seulement lorsque je l’ai décidé, comme finalement pas mal de trucs dans la vie, hein.
Comme c’était souligné dans ‘High Fidelity’, on n’a toujours pas déterminé si c’était notre tristesse qui nous engageait à nous morfondre en écoutant des chansons d’amours déchues, ou si c’était l’inverse (que font les chercheurs?), il n’empêche qu’il ne vient à l’idée de personne, en cas de manque ou de rupture subie, d’écouter la Compagnie Créole.

hf

D’abord, une petite sélection de 20 bouquins (et une BD) qui vous rappelleront que vous êtes parfois bien seul au monde. Infiniment.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 CouvV12 15 16 17 18 19 20 21

Sortez les mouchoirs.

Voici maintenant une petite playlist de reclus, volontaire ou non.

Vivement la sélection de St Valentinos, qui promet d’être plus gaie.

The Ataris

‘Make it last’

Bad Religion

‘Incomplete’

Barbara

‘La solitude’

Beck

‘Blue moon’

Black Sabbath

‘Iron Man’

Chet Baker

‘Born to be blue’

Daniel Johnston

‘Loner’

‘Tears stupid tears’

‘Story of an artist’

Dolly Parton

‘Single women’

Elton John

‘Empty sky’

Elvis Presley

‘Are you lonesome tonight

‘Suspicious Mind

Face to face

‘Do you care

Flogging Molly

‘Don’t let me die still wondering’

Hank Williams

‘I’m so lonesome I could cry’

Heliogabale

‘Wednesday morning in a parking’

Hole

‘Northern Star’

Homeboys

‘Here she comes’

The Kills

‘Last day of magic’

L7

‘Me, myself & I’

Lagwagon

Change despair’

Leatherface

‘Never Say Goodbye’

Magazine

‘Shot by both sides’

Metallica

‘Wherever I may roam’

Morphine

‘The saddest song’

The Muffs

‘Saying goodbye’

Pantera

‘Live in a hole’

Pennywise

‘Bro Hymn’

Poison idea

‘Just to get away’

Police

‘Message in a bottle’

‘So lonely’

Rival Schools

‘Travel by telephone’

Samiam

‘Sunshine’

Sleater Kinney

‘One more hour’

The Smiths

‘Hand in glove’

‘How soon is now? »

Social Distortion

‘Don’t drag me down’

Spoken

‘Sleep well tonight’

Stevie Nicks

‘Landslide’

Suzi Quatro

‘Lonely is the hardest’

Three Fish

‘Solitude’

Timothy Victor

‘This is my city’

Tom Petty

‘Runaway trains’

Mais tout ça n’a que peu d’importance, car je vais retrouver mon représentant de musique sur deux de ses dates, à Toulouse et à Lyon. Hop, promo :

lyon tlse

Publicités